Pour la « masse », un extraterrestre est nécessairement plus intelligent que nous et, pour matérialiser cet état, nous allons donc le dessiner en lui attribuant une tête plus grosse que la nôtre. Bien entendu nous savons aujourd'hui que la taille de la tête ou du cerveau est sans rapport avec l'intelligence mais nous parlons ici, de la vue générale représentatives des attentes de la masse. Puisque cet extraterrestre nous est d’une intelligence supérieure, il n'a plus besoin d'utiliser une force physique, donc, nous allons lui dessiner un corps petit et de préférence mince. En effet, sur terre, nous considérons qu'une personne svelte est en bonne santé, au contraire d'une personne en surcharge pondérale. Pour matérialiser un peu plus cette intelligence supposée supérieure à l'homme, nous n'allons pas lui dessiner des yeux ordinaires, car il se doit d'avoir une vision de la vie en règle générale, bien plus « large». Donc, ils seront tous noirs, grand et légèrement inclinés, ceci pour souligner le côté étrange de cet être. N'oublions pas qu'il s'agit là, d'un extra-terrestre. Nous le doteront donc d'une couleur de peau n'existant pas sur terre. Dans les années 50, il était vert mais finalement, la couleur grise semble plus approprié à une réalité acceptable. Nous allons également lui attribuer une bouche, puisque nous savons que tout être vivant a besoin de se nourrir. En l'occurrence, n'oublions pas que cet être est censé être plus intelligent donc, certainement de façon inconsciente, nous n'allons lui donner la faculté de se servir de sa bouche que pour ingurgiter de la nourriture, donc une légère fente en guise de bouche lui suffira bien. En effet, puisque nous considérons que nous n'utilisons qu'une petite partie de notre cerveau, il est à prévoir que cet être doté d'une intelligence incroyablement supérieure à l'homme, utilise un autre mode de communication que la parole, pourquoi pas ce que nous appelons « la télépathie ». Nous avons donc là, la description d'un extra-terrestre « attendu » et correspondant à la majeure partie des cas dit d'abductions.


Un pilote a probablement eu la plus grande peur de sa vie dans la soirée du lundi 14 mai 2012. Alors qu’il survolait la ville de Denver, dans l’Etat du Colorado, il a failli entrer en collision avec un objet volant non identifié. Le pilote fut vraisemblablement le seul témoin de cette observation hors-du-commun. Malgré son expérience dans les airs, il n’a pas pu déterminer de quoi il s’agissait. Surtout que le mystérieux objet n’avait pas du tout été repéré par les radars ! Lorsque l’on écoute les transmissions radio de ce moment-là, on ressent bien la peur du pilote, un peu décontenancé. Il est clair qu’il y avait quelque chose dans l’air qui ne devait pas y être. La FAA (Federal Aviation Administration) a rapidement pris le dossier en main pour tenter d’apporter une réponde crédible et rationnelle à cet inquiétant phénomène. Hélas, l’agence gouvernementale n’a pu fournir que des répondes grossières et relativement incohérentes à cette rencontre. Selon elle, il pourrait s’agir d’un drone de surveillance, d’un appareil télécommandé, ou encore d’un très grand oiseau. Suite à ses conclusions, un vif débat est né. En effet, certains ont l’hypothèse d’un engin espion de haute technologie envoyé par une nation étrangère. Si c’était le cas, se poserait immédiatement la question de la sécurité nationale …


Les mystères des fonds marins font tourner les têtes des scientifiques les plus calés dans le domaine. Ceux-ci risquent encore d'attraper quelques cheveux gris après avoir visionné les images où apparaît une créature sous-marine inconnue jusqu'ici. Et la communauté scientifique se montre divisée sur l'identité du specimen. Certains estiment qu'il s'agit d'une méduse, une hypothèse que d'autres contestent en raison de la présence d'organes qui n'appartiennent à aucune espèce. L'être flottant pourrait appartenir à la catégorie des Stygiomedus Gigantea (dont le diamètre peut atteindre six mètres) très rarement observé -à peine 114 fois en 110 ans- ou encore une Deepstaria Enigmatica, une espèce méconnue mais dont la plupart des individus ne présentent aucune pigmentation sur la peau. Certains envisagent qu'il s'agirait ni plus ni moins du placenta d'une baleine alors que d'autres, beaucoup plus terre à terre, évoquent un filet de pêche. Une véritable énigme à laquelle vient s'en ajouter une autre: le lieu où la créature a été localisée. La vidéo, postée le 27 avril dernier sur Youtube, ne mentionne pas de quel fond marin il s'agit. Mystère, mystère.


Au vu de certains éléments, François Diwo, biographe de Claude François, est persuadé que l’appartement et plus précisément la salle de bain du chanteur, serait victime d’une malédiction. Interrogé par 100% Mag sur M6, le biographe raconte qu’avant le décès de Claude François, l’ancienne propriétaire de ce deux pièces situé 46 boulevard Exelmans à Paris se serait suicidée dans la salle de bain en 1963. En 1963, Claude François achète l’appartement en ignorant le drame qui s’y est joué quelques temps auparvant. Le 11 mars 1978, Claude François meurt électrocuté dans sa baignoire. Après le décès de la star, la nouvelle propriétaire pour conjurer le sort décidé d’intervertir la salle de bain et la chambre. Mais malgré ce changement, la propriétaire fini par se suicider dans la chambre d’une balle de revolver dans la tête, la chambre qui n’était autre que la place exacte de l’ancienne salle de bain. Coup du hasard ou véritable malédiction ?


La sculture perpétuelle du norvégien Reidar Finsrud, visible dans sa galerie près de Oslo, est une très belle machine de 155kg, 1,50m de haut qui fonctionne « toute seule » sans apport d’énergie, à partir d’aimants. Son inventeur a passé plus de 10 ans à la mettre au point. 15 minutes pour la mettre en route….. D’un point de vue scientifique, cette machine ne peut pas exister ! Reidar Finsrud de Skaarer en Norvège n’a pas de formation en physique ou mécanique, il est artiste peintre et sculpteur. Durant une douzaine d’années, il a passé beaucoup de temps à cette ‘’sculpture mobile’’ en s’amusant avec des aimants. La 2ème chaine de télévision norvégienne a réalisé une vidéo sur sa machine, exposée sous protection vitrée dans la galerie de Finsrud. De nombreux visiteurs ont pu voir fonctionner la machine, dont Albert Hauser, (Aalevej 41 DK-7160 Torring, Denmark) en 1994 et Frode Olsen. Elle fonctionnait pendant quatorze jours d’affilée puis s’arrêtait (mais M. Hauser ne s’est jamais trouvé de la voir arrêtée). La machine est constituée d’une boule d’acier de 6,85 cm pesant 860g qui roule sur une piste horizontale d’aluminium de 63 cm de diamètre. Trois balanciers d’environ 114 cm de long munis de poids réglables à leurs extrémités inférieures contrôlent trois aimants en fer à cheval devant lesquels passe la boule d’acier. Un système mécanique constitué d’un fil d’acier replié en triangle de 12, 7 cm de long contrôle le rythme. La boule roule dessus et pousse le fil vers le bas à travers une entaille pratiquée dans la piste, l’aimant qui agit en attraction monte. L’inertie déplace la boule dans le champ d’attraction de l’aimant voisin. La balle d’acier ne s’est pas arrêtée pendant des mois… Cela règle le mouvement des balanciers. Trois de ces modules permettent à la boule de se déplacer sans arrêt autour de la piste en aluminium. Chacun des trois aimants en fer à cheval est monté sur un levier sur chaque balancier. Trois aimants plus petits reliés aussi aux balanciers sont placés un petit peu plus bas que les aimants en fer à cheval. Ils bougent à peine ou ne bougent pas du tout quand la boule passe. Letimingest calculé de telle sorte que les aimants en fer à cheval se soulèvent vers la boule juste avant qu’elle ne les atteigne puis la poussent dans sa révolution de 4,2 secondes autour de la piste. L’appareil produit 0,013 watts, et a la note de 6 sur 10 par I.N.E. Cette machine est bel et bien un « mouvement perpétuel » mécanique.Ici encore, le magnétisme semble la seule solution apte à apporter le complément d’énergie nécessaire au système pour être surunitaire. Sinon, les frottements auraient rapidement raison du mouvement de la balle d’acier.


Reinaldo Rios un ufologue porto-ricains,est persuadé, comme d’autres, que les religions et leurs histoires ne sont que la divinisation d’extraterrestres par les populations du monde entier. Pour lui,le Vatican devrait avouer, au monde entier, que la Résurrection du Christ pourrait être un cas d’abduction par des êtres venus d’ailleurs. Pour étayer ses thèses, reconnues également par une branche de la communauté ufologique, il s’appuie sur plusieurs passages de la Bible. Le premier est tiré de l’Evangile selon Matthieu, décrivant la résurrection de Jésus Christ : « Après le sabbat, à l'aube du dimanche, Marie de Magdala et l'autre Marie allèrent voir le tombeau. Soudain, il y eut un grand tremblement de terre, car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre [de devant l’ouverture] et s'assit dessus. Il avait l’aspect de l'éclair et son vêtement était blanc comme la neige. » Le second passage est un peu plus explicite. Il est tiré de l’Acte des Apôtres (1 :19) : « Disant cela, pendant que les Disciples regardaient, Jésus fut emporté au-dessus, et un nuage le prit par en-dessous, loin de leurs yeux. » Certains ufologues voient dans ces versets, des descriptions claires d’enlèvement par des extraterrestres. Le « grand tremblement de terre » peut faire référence à l’atterrissage de la soucoupe volante et le « nuage » serait bel et bien un vaisseau spatial. Il a déclaré à la presse que « ce nuage était très probablement un OVNI, puisque la Bible est symbolique et que les nuages ne peuvent pas transporter de poids ou soutenir aucune sorte de matière ». Pour Reinaldo Rios, « il ne fait aucun doute que des extraterrestres, que l’on appelle communément des Anges, ont participé grandement à la plupart des événements impliquant Jésus et d’autres prophètes dans l'histoire ». Cet homme est tellement sûr de ses propos qu’il a décidé de dénoncer publiquement les mensonges de l’Eglise devant les tribunaux, pour qu’enfin le monde entier ,selon lui,sache la vérité.